Cap au Nord

Une lecture musicale

Il s’agit ici de la rencontre entre un musicien compositeur suédois, Christofer Bjurström, et des textes issus de la littérature scandinave contemporaine, dits par deux comédiens

Le Grand Nord dit et mis en musique :

→ Donner à entendre les mots :
Pour donner voix à ces textes, la comédienne/chanteuse Catherine Le Flochmoan et le comédien Pascal Guin prêtent leurs voix *. Catherine Le Flochmoan chante également dans cette lecture musicale.
* Cette lecture peut aussi être présentée avec 2 artistes seulement:
la comédienne Catherine Le Flochmoan et le musicien Christofer Bjurström

→ Faire résonner musicalement ces mots
La musique composée et interprétée sur scène par Christofer Bjurström tresse avec les voix des comédiens un univers sonore, l’une portant l’autre, le travail d’interprétation vocal et rythmique dialoguant avec le piano, les flûtes …. pour un spectacle mêlant intimement les mots et les notes….

Ainsi, voix d’acteurs et musique vivante se réinventeront ensemble
tout au long de cette lecture où s’inviteront les auteurs scandinaves que nous avons choisis.

Les artistes

Les textes :

Les extraits choisis sont tous issus de la littérature scandinave contemporaine.

Pour cette sélection, nous avons souhaité faire sourire le spectateur et nous avons volontairement évité le volet « littérature policière  nordique », si souvent mis en avant en ce moment.

La littérature des cinq pays nordiques est ainsi représentée par des extraits de livres :
suédois: Stig Dagerman et Jonas Jonasson
norvégiens: Ingvar Ambjørnsen et Erlend Loe
islandais: Sjón
danois: Jorn Riel
finlandais: Arto Paasilinna

Cap-au-nord

Les extraits

Nous avons volontairement privilégié des textes souriants ou étranges (à l’exception du texte de Stig Dagerman). Pas non plus de littérature « policière » dans ce choix

1) Extrait de «Potes pour la vie » de Ingvar Ambjørnsen
Traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud
Elling et Kjell Barnes se sont rencontrés au « centre de cures et de convalescence » de Brøynes, bref un institut psychiatrique. Epaulés par Frank, leur tuteur, ils prennent un appartement en ville et luttent pour faire leur grand retour dans la société.

2) Extrait de «Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire» de Jonas Jonasson
Traduit du suédois par Caroline Berg
Franchement, qui a envie de fêter son centième anniversaire dans une maison de retraite en compagnie de vieux séniles, de l’adjoint au maire et de la presse locale ? Allan Karlsson, chaussé de ses plus belles charentaises, a donc décidé de prendre la tangente.

3) Extraits de « Le moindre des mondes » de Sjon
Traduit de l’Islandais par Eric Boury
Un jour tout blanc de neige et de glace, le révérend Baldur Skuggason part à la chasse, fusil à l’épaule, fureur au ventre. Pendant ce temps, Fridrik le botaniste cloue un cercueil, celui d’Abba, une jeune trisomique qu’il a recueillie. Ces trois personnages, la bête féroce, le lettré et la douce enfant vont de façon étonnante mêler leurs histoires.

4) extrait de «Autant en emporte la femme » de Erlend Loe
Traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud
Quand Marianne s’installe sans crier gare dans l’appartement du narrateur, la vie de ce dernier prend un tour bien singulier. Peu à peu, il voit les décisions lui échapper, sans trouver quoi que ce soit à y redire. Il se laisse porter, extérieur à sa propre existence, à la maison comme en voyage, dans leur Norvège natale ou sur les routes d ‘Europe… Un hymne à l’humour absurde sur l’amour, l’incompréhension, la difficulté et le bonheur d’être deux.

5) «Tuer un enfant» de Stig Dagerman
Traduit du suédois par Carl Gustaf Bjurström et Elisabeth Backlund
Ce texte, contrairement aux autres, n’incite pas à sourire mais son intensité dramatique nous a tellement emportés que nous avons souhaité vous le présenter. Il y est question d’une promenade en voiture dans la douce clarté du printemps nordique et d’une petite famille se préparant à partir sur l’eau…

6) Extrait de «Le piège à renards du seigneur» de Jorn Riel
Tome II de la trilogie «La maison de mes pères»   –    
Traduit du danois par Inès Jorgensen
La trilogie La maison de mes Pères retrace l’histoire d’Agojaraq, métis eskimo entouré de ses cinq pères possibles et de sa vieille nourrice Aviaja. Dans ce Grand Nord canadien, empreint de culture eskimo passent des antihéros magnifiques : Louis le cuisinier français en quête de saveurs nouvelles, le Père Brian, grand escroc devant l’éternel, ou encore Ivitaq, le vieux chaman un peu déconcerté par l’évolution des mentalités. Toute la tendresse du monde, tout l’humour de Jorn Riel.

7) Extrait de «Petits suicides entre ami » de Arto Paasilinna
Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail
Deux suicidaires se retrouvant dans une vieille grange où ils souhaitaient partir tranquilles. Entravés dans leurs projets, ils se mettent en quête de rassembler d’autres désespérés pour monter une association de suicidaires. Commence alors, à bord d’un car de tourisme, un périple loufoque, des falaises de l’océan arctique jusqu’au Cap St Vincent au Portugal.

Petite bibliographie

Ingvar Ambjørnsen (Norvège)

Né le 20 mai 1956 à Tønsberg, Ingvar Even Ambjørnsen-Haefs est un auteur et scénariste norvégien, surtout connu pour sa tétralogie « Elling ». Prix Brage 1995, il écrit également pour la jeunesse. Il est installé depuis 24 ans en Allemagne à Hambourg. Ingvar Ambjørnsen est l’un des romanciers contemporains les plus reconnus de la scène littéraire norvégienne.

—–

Jonas Jonasson (Suède )

Fils d’un ambulancier et d’une infirmière, Jonasson est né le 6 juillet 1961 à Växjö dans le sud de la Suède. Après des études de suédois et d’espagnol, Jonasson a travaillé en tant que journaliste, puis comme consultant dans les médias et producteur de télévision. En 2007, il achève son premier roman, « Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire» ; best-seller international, le livre a été traduit dans une trentaine de pays. Depuis 2010, Jonas Jonasson vit avec son fils sur l’île suédoise de Gotland.

——-

Sjón, (Islande)

Sigurjón Birgir Sigurðsson, connu sous le pseudonyme de Sjón, est un artiste, écrivain et intellectuel islandais, né à Reykjavik le 27 août 1962. Sigurðsson amorce sa carrière d’écrivain dès l’âge de 15 ans, avec le recueil de poèmes Sýnir (« Visions »), paru en 1978. Il publie ensuite de nombreux autres recueils de poèmes, mais aussi des romans ainsi que des ouvrages de littérature d’enfance et de jeunesse. Ses ouvrages, traduits dans plus de 12 langues, sont vendus dans 17 pays.

—–

Erlend Loe (Norvège)

Erlend Loe est né en 1969 à Trondheim, en Norvège. Diplômé de l’École de cinéma de Copenhague, il est également scénariste et traducteur et vit à Oslo. Il est l’auteur de plusieurs romans et albums pour la jeunesse et pour adultes, dont « Naïf ». « Super » a été traduit en dix-neuf langues et couronné par le Prix européen des jeunes lecteurs et « Autant en emporte la femme » a été porté à l’écran par le réalisateur norvégien Petter Næss ).

——-

Stig Dagerman (Suède)

Stig Dagerman est un écrivain majeur de la littérature suédoise. Né en 1923, il a été élevé par ses grand-parents, de petits paysans de l’Uppland. Ecrivain mais aussi journaliste et libertaire, il publie avec un succès considérable un grand nombre d’œuvres littéraires et journalistiques entre 1945 et1949. Puis soudain, et sans raison apparente, il s’arrête d’écrire et se donne la mort à l’automne 1954 . Le dernier texte qu’il écrit en 1952 est « Notre besoin de consolation est impossible à rassasier« .

—–

Jorn Riel (Danemark)

Amoureux de la nature et des hommes, Jorn Riel est né en 1931 au Danemark. Il s’engage en 1950 dans une expédition scientifique pour le Nord-Est du Groenland, où il passera 16 ans. De ce séjour, il tirera le versant arctique de son œuvre littéraire, dont la dizaine de volumes humoristiques des Racontars arctiques, ou la trilogie Le Chant pour celui qui désire vivre. Dans ces romans, Jørn Riel s’attache à raconter la vie des populations du Groenland, explorateurs et chasseurs du Nord-Est groenlandais ou des habitiants inuit.Il reçoit en 2010 le Grand Prix de l’académie danoise pour l’ensemble de son œuvre. Il vit actuellement en Malaisie.

——

Arto Paasilinna (Finlande)

Arto Paasilinna est né dans un camion, en 1942, en plein exode face aux forces soviétiques. Sa famille, fuyant les combats, est chassée vers la Norvège, puis la Suède et la Laponie finlandaise. Successivement bûcheron, et ouvrier agricole pour reconstruire la Laponie dévastée, il reprend des études à l’âge de 20 ans et devient journaliste, puis écrivain et poète. Il est l’auteur d’une vingtaine de romans plein d’humour et de dérision, dont « Le Meunier Hurlant » et « Le lièvre de Vatanen ». Il a également pour écrit pour le cinéma, la radio et la télévision. Arto Paasilinna est un des écrivains finlandais les plus connus dans le monde. Il est décédé le 15 octobre 2018 à Espoo.

Remerciements à Wikipédia et au site Babelio
pour leurs précieux renseignements sur ces auteurs

En pratique :

Les artistes :

Version avec les 3 artistes

Christofer Bjurström : composition, piano, flûtes nordiques et traversière
Catherine Le Flochmoan : comédienne et chanteuse
Pascal Guin : comédien

 

 

→ Version avec 2 artistes

Christofer Bjurström : composition, piano, flûtes nordiques et traversière
Catherine Le Flochmoan : comédienne et chanteuse

 

Les conditions techniques :

Les artistes peuvent se produire partout (médiathèque, plein air, écoles, collèges, lycées, salles de spectacle et polyvalentes) et peuvent aussi préparer des textes que l’organisateur aurait choisis.

Ils peuvent fournir tout le matériel technique (lumières, son et instrument de musique)

NB : Bien sûr, le spectacle n’en sera que mieux
si l’organisateur peut fournir un piano

(mais un piano numérique peut aussi convenir)

Pour les conditions financières et technique, défraiements etc…, nous consulter